ROH A Night of Hoopla – 11/07/2013

ROHANightOfHoopla

J’ai finalement reçu mes DVD commandés sur le site de Ring of Honor. Voici donc la première review de cette série 😉

Le générique habituel démarre mais est vite stoppé par des bobble-heads de Truth Martini et la musique de HoT.

On démarre directement avec Truth et Scarlett sur le ring. Truth hype son show et pousse le public à boire tout en restant responsable car si un membre du public rentre dans un bus scolaire, les filles n’atteindront pas leur 18 ans et Martini se demande qui il sautera en prochain dans ce cas-là. Truth veut que le public se lève pour l’hymne national de HoT chanté par Scarlett. Pendant l’hymne, elle enlève sa longue robe pour juste garder son mini-short et son petit haut. Le public beugle « USA USA USA ».

Truth annonce le premier match de la soirée. Avant de commencer, trois particularités de ce show :

  • Aucun commentateur, rappelons que NoH est un show non-autorisé en théorie
  • Aucune séparation entre le public et le ring
  • Les arbitres portent juste des boxers/caleçons avec le t-shirt habituel

1. Matt Taven vs. Adam Cole vs. Eddie Edwards

Taven arrive le premier dans l’indifférence la plus totale du public. Il est vraiment temps que RoH fasse quelque chose parce que c’est quand même le champion de la télé. Les deux autres font leur entrée tour à tour et ont droit à une bonne réaction du public.

La cloche sonne et le duo Cole/Edwards sort du ring pour saluer le public. Pendant ce temps, Scarlett donne une fessée à l’arbitre sur le ring. Le public chante « That was awesome ». Les trois hommes sont de nouveau sur le ring, se tournent autour pendant quelques instants avant que Taven sorte à son tour à l’extérieur pour rejoindre les Hotties. Cole et Edwards discutent quelques secondes et décident d’attaquer tous les deux Taven. A partir de là, le match se déroule principalement dans le public avec quelques moments marrants comme quand Edwards prend l’appareil photo d’un spectateur pour immortalisé Taven après un atemi. Taven se fait détruire par le duo et se retrouve même dans une poubelle à un moment. Le public adore ça en passant.

Les trois remontent finalement sur le ring et Taven se prend dix coups de poing à trois reprises du duo puis une pluie d’atemis d’Edwards. Taven se retrouve bloqué à l’envers dans un coin du ring, Cole se fait trébucher sur lui par Edwards et ce dernier conclut avec un dropkick sur Cole. Edwards se fait projeter par un membre du public pour un coup de pied sur Taven. Taven parvient à neutraliser Edwards et sort du ring pour reprendre ses esprits. Taven demande au public s’il est avec lui mais les gens répondent non (c’est le heel après tout). Taven est à son tour projeté par un spectateur mais ce dernier l’envoie juste le bord du ring et se fait engueuler par Seleyzia. Le public applaudit ce spectateur. Cole plonge sur Taven puis assomme Edwards qui s’apprêtait à faire la même chose. Tout le monde remonte sur le ring et Taven se mange un dropkick de Cole et voici le premier tombé du match pour 2. Une souplesse/brise-nuque de Cole sur Taven et un nouveau tombé de 2. Cole se lance dans la prise en quatre, mais Taven le repousse et Cole manque de percuter Seleyzia. Il s’excuse mais Seleyzia monte sur le ring et lui fait une corde à linge. Une drôle de séquence avec Edwards qui envoie Taven sur l’arbitre, puis le fait tomber pour un DDT sur Taven. Tombé de 2 sur Taven. Edwards avec une projection dans les cordes suivi d’un half-crab et c’est à ce moment que Scarlett monte sur le bord du ring et joue de ses charmes pour qu’Edwards lâche la prise. Cole et Edwards ne savent plus où donner de la tête et Edwards décide de faire un atemi sur les fesses de Scarlett. Superkick de Cole sur Edwards qui lui fait la même chose. Taven avec The Climax sur Edwards et le tombé de 3. 9:43 au compteur. Un bon premier match qui est parti dans tous les sens, mais qui était vraiment fun à suivre. ***

Après que Cole et Edwards aient fait les andouilles après le match, Truth réapparait et introduit Jimmy Jacobs qui vient chanter « Gypsy Soul ». Après sa prestation, le public chante de nouveau « That was awesome ». Martini est de retour pour les présentations du deuxième match.

2. « Black Machismo » Jay Lethal vs. Delirious

L’arbitre du match est Maria Kanellis et c’est bien plus plaisant à regarder que les arbitres masculins en caleçon.

Apparemment, ce match est une « reconstitution » d’un match entre Randy Savage et Ultimate Warrior à Wrestlemania 7. Lethal arrive avec une femme que je ne connais pas sur un espèce de porte-bagages d’aéroport poussé par un arbitre. Lethal a le micro (enfin, Truth le tient), se lance dans une interview incompréhensible (sono de merde) en imitant le Macho Man et appelle Delirious Warrior. Sa partenaire ne doit dire qu’une phrase et elle arrive encore à avoir un trou de mémoire. Pas de « You fucked up » du public, mais un bon paquet de huées.

Je vais être honnête, j’ai détesté ce match. Etait-ce bien nécessaire de copier un match vieux de 22 ans alors que les deux hommes sur le ring sont largement capables d’avoir un match « comique » par eux-mêmes ? De plus, Lethal n’utilise pas le gimmick du Black Machismo à RoH et Delirious ne lutte presque plus depuis 2011 (deux matchs à RoH avant celui-ci dans cette même période), donc ça n’avait rien d’un match « habituel ».

Bref, la manager d’un soir de Lethal a été nulle à chier, le rythme est d’une lenteur insoutenable (ils copiaient Savage et Warrior pour rappel), Kanellis se plante lors d’un tombé et compte pour trois alors que ce n’est pas le bon finish (le match continue quand même bien sûr), Delirious en Ultimate Warrior laisse songeur et ce match a duré un peu plus d’un quart d’heure !!! 17:02 pour être exact. Au moins, Lethal est le vainqueur contrairement au vrai match. Petit message pour Delirious : booke autre chose la prochaine fois, parce que c’était vraiment mauvais. NUL, voire -*** pour avoir osé booker cette atrocité à la place d’un vrai match.

Après le match, Lethal demande Maria en mariage (vous savez, comme après ce match du siècle dernier qu’ils viennent de copier), cette dernière refuse dans un premier temps mais après avoir aidé Lethal qui se faisait attaquer par pas-Sherri, elle accepte. Michael Bennett arrive à ce moment-là pour « enlever » Maria. Ce segment était un million de fois plus amusant que l’horrible match auquel on vient d’avoir droit.

C’est l’heure du « pants off dance off ». Le juge est un certain Jeff Jones dont le seul fait marquant est d’avoir été le manager de Mike Awesome à la ECW en 99 et les Hoopla Hotties font le show. Le juge s’apprête à prendre sa décision quand résonne la musique des Wolves et voici Davey Richards. Il prend le micro et dit que Ring of Honor est une fédération de lutte, pas de danse. Il rappelle les grands noms qui sont passés comme Samoa Joe, Bryan Danielson/Daniel Bryan et CM Punk et se lance à son tour dans un show. Le public devient fou et le juge est bien obligé de déclarer Richards vainqueur du « pants off dance off ».

Silas Young arrive et se demande ce qu’est ce bordel. En gros, il traite Richards de gamin et que ce n’est pas ainsi qu’un vrai homme se comporte. Richards lui répond qu’il va lui botter le cul et appelle un arbitre.

3. Davey Richards vs. Silas Young

Evidemment, l’arbitre qui arrive n’a toujours pas de pantalon, Young lui fait la remarque et Richards baisse son froc à son tour.

Pas grand chose à dire au début du match, Richards domine assez facilement Young qui passe le plus clair du temps aux abords du ring. A la troisième fois, Martini revient pour dire que Silas passe trop de temps à l’extérieur du ring et que pour éviter ça, le match a désormais des bûcheronnes autour du ring. Les « bûcheronnes » arrivent et ce sont tous des hommes grossièrement travestis. Le public chante « No No No » et « This is awkward » pendant que Young se demande de nouveau ce qu’il se passe et remonte fissa sur le ring. Silas tente de faire tomber Richards qui se trouve sur le bord du ring en plongeant dessus, mais Davey s’écarte et Young se retrouve au milieu des bûcherons. Richards avec un dropkick de la troisième corde. Après un grand coup de botte de Young, Richards reprend le dessus avec de multiples coups de pied. Tombé de 2 sur Young. Silas avec un backbreaker + corde à linge et le tombé de 2. Après une offensive de Young, Richards parvient à le tenir dans un ankle lock, mais Young le repousse sur l’arbitre qui se retrouve au sol. Young avec un coup bas et un roll-up mais comme le signale un membre du public « There’s no ref, dummy ! ». Silas tente de le réveiller mais il se fait pincer les fesses par un des bûcherons. Young veut savoir qui c’est, retrouve la personne et s’apprête à lui mettre un coup de poing mais le bûcheron l’embrasse sur la bouche. L’arbitre et Richards se foutent de lui. Ca énerve Young qui tente une nouvelle offensive mais se fait prendre de vitesse par Davey. Richards saute sur Young à pieds joints de la troisième corde et tente le tombé pour 2. Richards réessaie l’ankle lock et Young abandonne rapidement. 10:05, décent mais aurait pu être meilleur sans les « bûcheronnes ». **

Après le match, Richards « chante » je ne sais quoi (le son est vraiment inaudible par moment).

Un segment avec un spectateur qui gagne un lapdance avec les Hoopla Hotties. Le type se fait bander les yeux et deux autres femmes (beaucoup moins attractives, cela va sans dire) arrivent pour prendre la place de Scarlett et Seleyzia. Après coup, le gars enlève son bandeau et tombe de sa chaise quand il voit les deux femmes.

4. Roderick Strong et Cheeseburger vs. reDRagon (Kyle O’Reilly et Bobby Fish) (c) – Match pour le titre par équipes

Cheeseburger est un jeune lutteur du RoH Dojo et semble peser 50kg à tout casser. En tout cas, il est déjà bien over alors que c’est son premier match à Ring of Honor.

Fish et Strong pour débuter le match. Début de match équilibré avec beaucoup de prises au sol et de clés de bras. Strong prend vaguement l’avantage sur Fish mais il arrive à faire le changement. Cheeseburger veut également monter sur le ring et Strong effectue le changement. Le public chante « Cheeseburger ». Burger parvient à tenir O’Reilly dans une clé de bras, mais O’Reilly no-sell totalement la prise. Encore quelques échanges assez équilibrés avant que reDRagon prenne l’avantage pour un long moment. Cheeseburger se prend une correction monumentale pendant dix minutes avant d’éviter un double saut de reDRagon et de faire le changement avec Strong. Il fait le ménage et attrape Cheeseburger pour une souplesse sur Fish et le tombé de 2. reDRagon se retrouve dans un coin et Strong jette Burger sur eux. Nouveau tombé sur Fish pour 2. Strong tient Fish dans un Boston crab et Cheeseburger parvient à arrêter O’Reilly avant qu’il ne puisse casser la prise. Ce dernier parvient quand même à la casser parce que Cheeseburger a la force d’une mouche apparemment. Les quatre hommes sont au sol, O’Reilly et Strong sont les premiers à se relever. Ils s’échangent des atemis et coups de poing alors que Burger et Fish se relevent à leur tour. Burger avec un atemi que Fish no-sell complètement. Coup de botte dans la tronche et Cheeseburger est de nouveau au tapis. Deux contre un sur Strong qui parvient à se retenir dans les cordes sur une projection et Cheeseburger fait le changement. Burger avec un espèce de powerbomb sur Fish et comme pour le match Lethal-Delirious, l’arbitre compte trois par accident. On voit d’ailleurs des gens dans le public qui montrent les trois doigts. Bref, Strong se fait corriger par O’Reilly, Cheeseburger monte sur la troisième corde et plonge directement dans les bras de reDRagon qui lui font un backbreaker. C’est l’heure de Chasing the Dragon et le tombé de 3 sur Cheeseburger. 20:58, le meilleur match de la soirée. ***1/2

Truth revient pour faire une interview avec… Satan. Cette interview est pourrie et interminable, ce que le public fait vite comprendre avec des « Shut the fuck up ».

Martini est toujours là et introduit les lutteurs du main event de la soirée.

5. ACH, Tadarius Thomas et Athena vs. Michael Elgin, BJ Whitmer et MsChif

Le public est super chaud pour ACH au début du match. Pourquoi ce gars n’est pas poussé plus que ça et se traîne dans une équipe qui n’évolue pas ?

Comme le 3 contre 3 de l’époside 99 de RoH TV, le match commence avec un nombre incalculable de segments « humoristiques ». Pour faire court :

  • ACH a peur du cri de MsChif (c’est bien le seul) et fait tout pour l’éviter
  • Elgin et MsChif s’enguirlandent dès que l’un touche une personne du sexe opposé (ils se sont mariés peu de temps avant NoH)
  • Un petit concours de danse lors duquel Elgin fait le « worm » et ACH se transforme en Carlton du Prince de Bel-Air

Après DOUZE FOUTUES MINUTES, le vrai match démarre enfin. Il est à noter que le public est plus ou moins mort pour ce match après une telle avalanche de « morceaux comiques », et moi aussi pour être honnête. Pour résumer, Elgin et MsChif s’embrassent à un moment parce qu’Elgin vient de la sortir du pétrin. Thomas retourne Elgin qui crache le Green Mist dans sa tronche. Elgin conlut avec un buckle bomb et Elgin bomb pour le tombé de 3. 25:55 au compteur. Désolé mais trop de conneries ont complètement tué l’intérêt de ce match pour moi. *1/2

Martini revient pour la dernière fois, remercie le public et rappelle que Hoopla n’est pas juste un mot, mais une philosophie de vie. La musique de HoT résonne et le show se termine.

Conclusions

Le premier match était le parfait exemple d’un match « amusant » bien fait : pas trop long et bien intégré au match lui-même.

Lethal-Delirious était affreux. Peut-être que Delirious était trop rouillé pour un véritable match contre Lethal, mais il n’a aucune excuse vu qu’il est le booker principal de RoH.

Richards-Young aurait pu être meilleur sans les bûcherons. Richards avait l’air suffisamment chaud pour tenir la baraque et Young est parfait dans son rôle de « vieux » briscard qui trouve que n’importe quoi n’est pas assez viril.

Le match par équipes était le plus classique de la carte et paradoxalement, le point fort de la soirée. Bien sûr, c’était plus le baptème du feu de Cheeseburger qu’autre chose, mais le gamin a su se montrer à la hauteur devant trois routiniers et avec son physique atypique, il est automatiquement le grand challenger sans même devoir jouer un rôle.

Le main event quant à lui était l’exemple même d’un match « amusant » à ne pas faire. Le public était chaud boulette et en douze minutes, les six personnes sur le ring ont réussi à tuer tout enthousiasme autour de ce match.

Les segments entre les matchs étaient inégaux. L’interview de « Satan » était pénible, la prestation de Jimmy Jacobs honnête, le lapdance assez convenu mais amusant et le « pants off dance off » hilarant grâce à Davey Richards.

D’un côté plus technique, la sonorisation était vraiment moyenne et à certains moments, on ne comprenait absolument rien (interview de Lethal, « chanson » de Richards). L’absence de commentateur(s) ne m’a pas gêné plus que ça, mais je n’aurais pas dit non à un duo Corino-Prince Nana par exemple.

Est-ce que le DVD vaut la peine d’être acheté ? Je dis oui pour le côté unique et décalé du show, mais j’attendrais quand même une promotion et/ou une baisse de prix parce qu’il n’y a que deux matchs intéressants à la carte.

Note finale : 5,5/10

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.