PROGRESS Chapter 2 : The March of Progress – 24/06/2012

ProgressWrestling

Après un premier show prometteur, PROGRESS est de retour trois mois plus tard pour ce nouveau chapitre. Pas mal de nouvelles têtes lors de ce show et deux matchs importants au programme avec un 3-way pour la place de challenger #1 au titre et un 2/3 Falls Match entre Cruz et Scurll après les évènements du main event du premier show.

On commence de nouveau avec Smallman sur le ring pour chauffer le public. À un moment, on voit Stixx dans les coulisses qui se demande combien de temps ça va encore prendre et qui se décide à sortir après quelques instants. Il s’excite sur Smallman et le public et veut son match maintenant, ce qui nous amène à…

Stixx vs. Lion Kid – *1/2

Eh, encore une fois un match trop long et quelques botchs de la part de Lion Kid. Ce dernier remporte le match dans ce qui est un upset.

Mike Hitchman vs. Mark Andrews (c) – **1/2

Andrews doit amèrement regretter d’avoir signé à TNA vu le peu qu’il fait là-bas. Ici, il a apparemment remporté le BWC Scarlo Scholarship et il affronte Hitchman qui est plus connu aujourd’hui sous son pseudo de Wild Boar.

De nouveau, ce match se traine (c’est une spécificité du catch britannique ou quoi ?), puis Andrews kicke à 2,99 après un énorme package piledriver et ça me sort totalement du match. Quelques instants plus tard, Andrews surprend Hitchman avec un petit paquet pour trois. Typiquement le genre de finish que je déteste où on se sort de finishers parce que c’est DRAMATIQUE pour finir comme un cheveu sur la soupe avec un roll-up ou petit paquet #OuttaNowhere.

Après le match, Xander Cooper (l’ancien champion) attaque Andrews avant que ce dernier ne le fasse fuir tout de suite après. Je suppose qu’on a déjà un match pour le chapitre suivant.

Noam Dar vs. Darrell Allen – ***

Un bon petit match dynamique et qui n’a pas essayé d’en faire des tonnes.

Danny Garnell vs. Jimmy Havoc – ***1/2

Il y a une storyline ici comme quoi Havoc essaie de se donner une nouvelle image après avoir été un catcheur hardcore pendant des années. Apparemment, PROGRESS ne voulait pas le booker au départ (kayfabe bien sûr), mais il a su trouver les mots justes et convaincre Smallman de lui donner une chance.

Havoc cachait une cuiller sur lui que l’arbitre découvre avant le match. C’est assez étrange de voir Havoc en babyface hors de son élément quand on sait ce qu’il va se passer par la suite. GARNELL FAIT TROIS ÉNORMES SOUPLESSES SUR HAVOC QUI S’EN SORT PAR ON NE SAIT QUELLE MAGIE. Havoc commence à être frustré et va chercher une chaise sous le ring, mais l’arbitre l’arrête à temps et Garnell le surprend avec un roll-up pour un nearfall. Havoc tente de nouveau un crossface, mais Garnell retourne la prise pour le compte de trois.

Après le match, Garnell enguirlande un peu Havoc à propos de la chaise et ce dernier semble de nouveau confus. Les deux s’enlacent et commencent à partir lorsque Smallman les interpelle et demande au public s’ils veulent revoir Havoc lors du prochain show. Ce dernier répond positivement et Smallman donne rendez-vous à Havoc pour le chapitre 3. Vraiment de l’excellent boulot ici du début à la fin.

The London Riots (James Davis et Rob Lynch) vs. The Velocity Vipers (Alex Esmail et Will Ospreay) – ***

Je ne sais absolument pas qui est cet Esmail qui fait apparemment sa seule apparition à PROGRESS et n’a même pas sa page CageMatch. D’après ce même CageMatch, c’est le premier match officiel pour Ospreay.

Les Vipers ont l’air de gamins à côté des Riots. C’est exactement l’histoire du match avec les Riots qui DÉTRUISENT les Vipers comme des jobbers et ces derniers qui arrivent à peine à faire trembler les deux colosses. À un moment, Esmail se blesse sur un Exploder et est raccompagné aux vestiaires, ce qui permet à Ospreay de montrer toutes ses qualités de voltigeur. Les Riots mettent rapidement fin à ce court comeback et font leur finisher sur Ospreay pour la victoire.

Après le match, les Riots font une promo pour bien faire comprendre qu’ils sont une force dominante à PROGRESS.

RJ Singh vs. Greg Burridge vs. El Ligero – **1/2

Ce match est donc pour la place de challenger #1 au titre de PROGRESS. Autant je comprends pourquoi El Ligero (qui s’est fait couillonné par Mason lors du premier show) et Singh (qui n’a pas pu venir à cause d’une urgence personnelle) sont dans ce match, autant je me demande ce qu’a fait Burridge pour se retrouver ici. Comme trop souvent dans un 3-way, il semble juste être là pour se prendre le tombé et « protéger » les deux autres.

Eh, c’est n’importe quel 3-way de l’histoire du catch avec deux types qui se battent pendant que le troisième est au sol. On a en prime de l’humour graveleux et un finish pourri qui voit Ligero faire un roll sur Burridge pour la victoire (quelle surprise…), mais il retient le maillot au dernier moment parce que CONTROVERSE ET FRUSTRATION APRÈS UN SEUL MATCH.

Après le match, Burridge prend le micro et s’excite sur Ligero pour ce qu’il vient de faire.

Marti Scurll vs. Nathan Cruz (c) – ***1/2

C’est un 2/3 Falls Match donc.

Scurll remporte le premier tombé après une dizaine de minutes. Ugh, on repart de nouveau pour de la baston dans le public et on ne voit de nouveau rien. J’aime l’idée comme quoi Cruz tente de revenir à égalité avec un countout en balançant Scurll dans les escaliers et sur des chaises, mais Scurll revient encore et encore avant le compte de dix. Cruz revient à égalité avec un piledriver #OuttaNowhere (c’est le commentateur qui le dit 😉 ). Oh joie, un ref bump, le premier de la promotion. Cruz part chercher une chaise à l’extérieur, mais voici Ligero pour l’arrêter. Ligero veut lui faire un superkick, mais il l’évite et c’est Scurll qui se mange le superkick à la place. Ligero semble se foutre totalement de ce qu’il vient de faire et repart, laissant le soin à Cruz de réveiller l’arbitre et couvrir Scurll pour la victoire.

Après le match, Scurll s’excite en disant que ce n’est que le début et qu’il deviendra champion tôt ou tard.

Conclusions

Un show terriblement similaire au premier : aucun match ne sort vraiment du lot, mais une série de bons matchs et on peut espérer de bonnes choses de cette promotion à l’avenir.

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Share on LinkedIn

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *