WWE NXT Takeover : Toronto – 19/11/2016

Trois mois après un très bon show à Brooklyn, voici un nouveau Takeover la veille d’un gros show de la WWE (Survivor Series ici). Sur papier, le show semble assez peu inspiré avec deux rematchs du précédent Takeover parce que ORIGINALITÉ, la finale du Dusty Rhodes Tag Team Classic 2016, un match entre Roode et Dillinger (parce que CANADA ?) et enfin un duel intéressant entre Asuka et Mickie James qui effectue son retour après six ans d’absence à la WWE.

On démarre avec une longue vidéo qui retrace vaguement ce qu’il s’est passé depuis Brooklyn.

Bobby Roode vs. Tye Dillinger – **

Roode a une chorale qui chante sa chanson à son entrée, EXCELLENT. Ça se traine pendant une ÉTERNITÉ cela dit, pire que Balor avec le démon. Dillinger porte la veste la plus ridicule de l’univers, mais le public est également chaud pour lui. Apparemment, Roode a fait équipe avec Dillinger lors du DRTTC et l’a abandonné lors d’un match contre Sanity, le groupe mené par… Eric Young.

Comme très souvent avec Roode, il n’y a techniquement rien de mauvais dans ce match, mais ce n’est pas bien excitant. Le public, qui était bouillant au début du match, s’éteint lentement mais sûrement pendant que ce match se traîne inlassablement. Hey NXT, il y a moyen d’arrêter avec les gros plans sur des fans toutes les trente secondes ? Ça va faire UN QUART D’HEURE maintenant, est-ce que ce match entre « éternel jobber » Dillinger et « futur champion » Roode a réellement besoin d’autant de temps ? Heureusement, Roode en finit quelques instants après avec un DDT pour la victoire. Ce match avait besoin de 8-10 minutes à tout casser, PAS SEIZE !!!

On voit Asuka qui s’échauffe dans les vestiaires, puis une longue vidéo sur le DRTTC.

Authors of Pain (Akam et Rezar) (avec Paul Ellering) vs. TM-61 (Nick Miller et Shane Thorne) – 1/2*

TM-61 est TMDK de NOAH au Japon et les AoP sont les deux types qui avaient attaqué American Alpha lors de The End. Ellering est enfermé dans une cage au-dessus du ring parce que WWE vendait un jouet similaire à l’époque (ils ont fait la même chose dans le roster principal avec Jericho, Owens et Reigns). La totale indifférence du public lors des entrées vaut tous les discours du monde sur la qualité de la division par équipe derrière le Revival et Ciampa/Gargano.

Vu que le public n’en a rien à cirer de ces quatre clowns, on a très rapidement un plongeon de la petite grue pour les réveiller le temps de quelques instants. Oh joie, un chinlock parce que c’est clairement ce que le public recherche après un interminable opener et ce match entre deux équipes dont tout le monde se fout. Ce match est juste MOVEZ et highspots pour (tenter de) garder l’attention du public. À la surprise de personne, Ellering jette une chaîne de sa cage et l’un de ses sbires la ramasse pour… ne rien en faire et la perdre trois secondes plus tard. Encore quelques instants après, AoP font bêtement leur finisher sur l’un des deux bouffons pour la victoire. Whatever, un match sans intérêt entre deux équipes génériques au possible pour un trophée sans valeur…

Une longue vidéo avec cette rivalité entre le Revival et Ciampa/Gargano.

#DIY (Johnny Gargano et Tommaso Ciampa) vs. The Revival (c) (Dash Wilder et Scott Dawson) – ***

Bon, c’est un rematch, mais c’est un 2/3 Falls pour vaguement changer les choses.

Le premier tombé arrive après cinq minutes lorsque le Revival font leur finisher sur Gargano.

De nouveau, il n’y a rien comme histoire dans ce match. Le Revival se contente d’utiliser les mêmes tactiques que l’on voit dans n’importe quel match par équipe du monde pendant que les commentateurs (surtout Graves) se masturbent sur eux à grands coups de superlatifs tous plus ridicules les uns des autres. Le pire de tout est que ces mêmes commentateurs mentionnent que le genou de Gargano n’est toujours pas à 100% après le match de Brooklyn, mais le Revival ne fait clairement rien pour en profiter alors même que Gargano est le FIP pendant la grande majorité du match. Bref, #DIY (ce nom…) revient à égalité après un double coup de genou dans la tronche de Dawson.

« This is awesome », le public. Pas vraiment non, mais tant mieux s’ils apprécient je suppose. Wilder part chercher une des ceintures, Dawson bloque un coup de pied de Gargano avec et… ça ne devient pas vraiment le focus du reste du match. Bref, Gargano parvient à faire abandonner Wilder avec une prise de soumission pendant que Ciampa faisait la sienne sur Dawson.

Mouais, j’ai le même problème avec ce match qu’avec le second entre le Revival et American Alpha. En fait, on a pour ainsi dire le même affrontement que le premier avec le Revival qui n’a aucune tactique précise pendant un bon quart d’heure avant d’attaquer presque par hasard le genou/la jambe de Gargano, sauf que ça n’a aucune importance ici parce que Gargano fait abandonner Wilder deux minutes après comme si de rien n’était.

Une autre longue vidéo qui explique le pourquoi de ce match entre Asuka et James.

Mickie James vs. Asuka (c) – ***1/2

En gros, l’idée ici est que Asuka a fait le ménage dans la division et qu’il n’y a personne à son niveau (ce qui est malheureusement vrai), donc voici Mickie pour tuer le temps en attendant de voir Ember Moon et Nikki Cross (ex-Storm).

Comme tout « bon » commentateur de la WWE, Graves dit que James a tout un tas de MINDGAMES dans son sac pour Asuka… Cette dernière va faire un petit tour à l’extérieur du ring après une offensive de James. Mickie lui ouvre gentiment les cordes et… Asuka lui dit merci et passe par dessous comme une enfoirée, EXCELLENT. James tente de faire la même chose quelques instants après, mais Asuka ne l’entend pas ainsi et l’attaque avant qu’elle ne rentre sur le ring. Le match est très disputé et Asuka n’a jamais été aussi vulnérable qu’ici. Le finish tombe un peu de nulle part cela dit avec Asuka qui parvient enfin à appliquer l’Asuka Lock sur James pour la victoire.

Après le match, James tend sa main vers Asuka, mais cette dernière s’en fout complètement et lève la ceinture devant elle avec un sourire narquois, EXCELLENT.

On voit Pat Patterson dans le public, puis une vidéo sur cette rivalité entre Joe et Nak.

Samoa Joe vs. Shinsuke Nakamura (c) – ***1/2

Au lieu d’avoir un violoniste, Nak en a maintenant toute une flopée et… ça ne ressemble à rien. Personne ne « joue » en rythme et ça a l’air plus ridicule qu’autre chose.

Au moins, il y a un semblant d’histoire ici avec Joe qui attaque une jambe de Nakamura pour l’empêcher de faire le Kinshasa. Ou non, vu que le match tourne assez rapidement en « je te frappe, tu me frappes » avec personne qui ne prend vraiment le dessus. Joe met un coup de pied dans les couilles de Nakamura, puis le balance sur les escaliers en métal, puis fait le Muscle Buster et récupère sa ceinture. Eh, moins bon que le premier match entre les deux, quelle surprise…

Mort de rire avec l’ancienne musique funky de Joe qui démarre avant qu’on ne remette la bonne vingt secondes après.

Conclusions

Que dire à part que NXT continue sa longue traversée du désert avec un énième show torché au dernier moment?

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Share on LinkedIn

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *