Sumo – Kyushu Basho 2019 – Conclusions

Mieux vaut tard que jamais…

Kyushu 2019

Pour être franc, ce tournoi ne m’a pas emballé plus que ça et c’était sans aucun doute le moins palpitant de l’année. Ce basho confirme encore un peu plus la tendance comme quoi on a un tournoi ouvert quand les yokozuna sont absents/en méforme, et ceux où ils sont les vainqueurs quand ils sont en forme. Le dernier tournoi remporté par un sekitori alors qu’un yokozuna a fini le tournoi n’est pas si vieux que ça (Natsu de cette année avec la victoire de Asanoyama et Kakuryu comme dauphin), mais il faut reculer à Hatsu 2018 après ça (Tochinoshin vainqueur avec de nouveau Kakuryu comme dauphin) puis carrément la victoire de Kisenosato lors de Hatsu 2017 qui lui a permis de devenir yokozuna (Hakuho finissant avec un 11-4). Ce n’est pas spécialement un mal en soit, mais les tournois dominés par Hakuho tourne souvent en « il est loin devant et ses poursuivants se battent pour être son dauphin », et ça n’a pas aidé ici que la course au maintien n’était pas bien fascinante et jouée alors qu’il restait 2-3 jours et que les quelques « storylines » plus haut dans la hiérarchie (Mitakeumi dans un ozeki run, Takayasu kadoban et Tochinoshin qui pouvait de nouveau remonter en ozeki avec un 10-5) étaient déjà mortes après la première semaine.

Ce tournoi a de nouveau été criblé par les blessures avec HUIT kyujo au bout du compte. Tomokaze est le plus inquiétant vu qu’il est sur la touche pour un long moment (j’ai lu jusque un an). Il va donc dégringoler un bon coup dans le banzuke et si on mise sur un retour pour Kyushu l’an prochain, il serait quelque part dans le bas de sandanme ou vers le haut de jonidan. Espérons qu’il aura le bon sens de se remettre à 100% et de ne pas vouloir revenir trop tôt, ce qui est un vrai problème dans le sumo où beaucoup de rikishi « mordent sur leur chique » jusqu’au jour où la chique explose et ruine une carrière prometteuse, si pas juste une carrière tout court.

Bref, descendons le banzuke petit à petit.

Kakuryu a donc loupé ce tournoi pour des problèmes de dos et n’en a fini que trois cette année (un yusho et une place de dauphin). Hakuho n’en a conclu que trois lui aussi (kyujo lors de l’avant-dernier jour de Hatsu) et a rajouté deux yusho (+ un jun-yusho) dans son impressionnante collection qui monte maintenant à 43. Son objectif serait d’arriver à cinquante yusho apparemment et je ne suis pas sûr que ce soit très réaliste pour être franc, mais on verra bien.

Comme souvent maintenant, les ozeki ont bu la tasse, même si c’était pour blessure pour deux d’entre eux. Takayasu va donc descendre en sekiwake pour la première fois depuis Natsu 2017 et pourra toujours récupérer son rang avec un 10-5, mais ses blessures semblent assez sérieuses et il est un autre exemple de « mordre sur sa chique » en dépit du bon sens (il avait déclaré forfait pour Aki cela dit, sans doute parce qu’il n’était pas kadoban). Goeido sera à son tour kadoban pour Hatsu et devra assurer un KK pour conserver son rang, puis on a Takakeisho qui a assuré l’essentiel avec un 9-6 et sera tranquille pour le tournoi de janvier.

Plus bas, Mitakeumi craque de nouveau sous la pression et pourrait même quitter le sanyaku pour la première fois depuis Haru 2017. Tochinoshin continue avec ses déboires physiques (choquant je sais), a loupé sa deuxième chance de redevenir un ozeki, et va descendre un bon coup dans le banzuke.

Le quattor de komusubi finit avec des fortunes diverses. Abi et sa seule attaque (ça se voit que je n’apprécie pas le gars?) continue à tenir la route à ce niveau avec un nouveau 9-6, Endo et Hokutofuji finissent avec un 7-8 et komusubi semble être leur plafond pour le moment, puis on a Asanoyama qui continue sur sa lancée de ces derniers mois et finit comme dauphin de Hakuho avec un 11-4. Pour un gars qui avait un parcours relativement anonyme avant son yusho lors de Natsu, il a franchi un pallier depuis lors et pourrait même être dans un ozeki run lors de Hatsu.

Au niveau des maegashira, euh… Daieisho finit l’année avec un nouveau 8-7 et sera en ballotage avec Mitakeumi pour une place de komusubi (en imaginant qu’ils reviennent au schéma classique de deux komusubi pour Hatsu), Shodai finit co-dauphin et effectuera un bond intéressant dans le banzuke, et Kotoshogiku continue son lent déclin.

Tentative de banzuke pour Hatsu 2020

À la surprise de personne, essayer d’avoir un banzuke cohérent est presque impossible et c’était d’autant plus le cas ici. Voici le banzuke « mathématique » :

Pour faire simple, le banzuke du sommet jusque M7 n’a pas été trop difficile et est assez cohérent. C’est après que l’horreur commence parce qu’il y a cet énorme trou dans le bas, ce qui signifie que certains rikishi avec un score pas trop moche (6-9 par exemple) vont devoir descendre bien plus que prévu pour devoir le remplir. Bref, je suis arrivé à ceci au final :

C’est… certainement une tentative et ça me semblait le moins injuste au final. Je m’attends encore à un score horrible au GTB, mais on verra bien quoi dans moins de deux semaines lorsque le banzuke officiel sortira.

C’est fini pour le sumo en 2019, on se retrouve en 2020 pour Hatsu en janvier.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.