ROH Reclamation Night 1 – 12/07/2013

ROHReclamationNight1

Deuxième review du triptyque de juillet de Ring of Honor 😉

On commence d’abord avec un match bonus du DVD.

Dark match : Benjamin Boone et Cheeseburger vs. Beer City Bruisers (Matt Winchester et Nick Colucci)

En gros, trois jobbers locaux et Cheeseburger qui est super over. Cheeseburger fait le tombé de 3 sur Colucci après que Boone l’ait jeté dessus. 4:28, mise en bouche honnête. **

Générique

On est à Milwaukee, Wisconsin et les commentateurs de la soirée sont Kevin Kelly et Nigel McGuinness.

Plug pour le main event entre Davey Richards et Bobby Fish.

1. #Partyboys (Mike Sydal et Zizou Middoux) vs. Adrenaline Rush (ACH et Tadarius Thomas)

#Partyboys avec une promo enregistrée d’avant-match où ils disent faire la fête tout le temps et qu’ils ont analysé Adrenaline Rush en regardant des DVD. ACH est acclamé par le public à son entrée.

Thomas et Sydal commencent le match. Thomas domine assez facilement avant de passer la main à ACH. Sydal parvient rapidement à se sortir du pétrin et fait le changement avec Middoux. Il se prend tout de suite un dropkick d’ACH et se plante un peu dans une simple projection d’un coin à l’autre. Rien de terrible, mais il a eu l’air un peu con sur le coup. Middoux repousse ACH dans son coin et ce dernier fait le changement avec Thomas. L’offensive continue sur Middoux mais il parvient à retourner la situation à son avantage avec l’aide de Sydal au bord du ring. A partir de là, #Partyboys fait du bon travail d’équipe et Thomas se prend une bonne dérouillée. Le public chante « You fucked up » après que Sydal se soit pris un pied dans une corde sur un saut arrière sans que ça change quoique ce soit. Perso, je l’avais même pas remarqué et trouve les chants un peu sévères pour le coup. Après que les #PB se soient cognés l’un l’autre, Tadarius parvient à faire le changement. ACH fait le ménage sur le ring et semble tenir la victoire sur Sydal mais ce dernier s’en sort à 2,99. Tout le monde y a cru dans le public et Kelly aussi. #PB reprennent le dessus sur ACH et tente un tombé que Thomas casse. #Partyboys s’apprêtent à faire une superplex sur ACH des cordes mais Thomas arrive à la rescousse et repousse Middoux. ACH fait tomber Sydal à son tour, 450 splash et le tombé de 3 sur Sydal. 9:07, un bon opener malgré l’une ou l’autre petites erreurs des #PB, mais rien de grave. **1/2

Après le match, #PB refusent de se soumettre au code d’honneur et partent du ring sans saluer AR, solidifiant leur statut de heels.

2. Athena vs. MsChif

Vraiment pas grand chose à dire ici pour être honnête. Match bien terne entre MsChif qui gueule toujours autant et Athena qui m’a bien plu sur ce match et semblait assez over. Elle arrache la victoire après un espèce de diamond cutter de la troisième corde et le tombé de 3. 10:18, match potable mais sans relief. *1/2

Après le match, Athena s’approche pour serrer la main de MsChif et celle-ci lui crache le Green Mist à la tronche. MsChif s’enfuit en beuglant (quelle surprise…) et un paquet d’arbitres arrivent pendant qu’Athena vend ça comme si on venait de lui jeter le produit le plus corrosif de l’univers au visage.

3. Michael Bennett (avec Maria Kanellis) vs. BJ Whitmer

Une promo enregistrée de Bennett où il dit que le « Prodigy » est mort (son ancien gimmick) et que Bob Evans n’est plus là non car il s’est séparé de l’inutile. Il dit que Whitmer est le prochain sur sa liste, ce qui est assez « amusant » quand on sait ce qu’il se passera quelques semaines plus tard à All Star Extravaganza V.

Whitmer ne perd pas de temps et démarre son offensive sur Bennett avec des atemis. Bennett sort rejoindre Maria à l’extérieur, mais Whitmer ne l’entend pas ainsi et se jette sur lui. Les deux remontent sur le ring et Whitmer a toujours l’avantage et tente quelques tombés infructueux. La roue tourne pour Bennett avec un coup de pied et une sorte de brise-nuque. A partir de là, l’action devient plus lente et se concentre surtout sur la nuque de Whitmer. CHINLOCK OF DOOM sur Whitmer qui essaie de s’en sortir mais se mange un dropkick de Bennett. Il continue ses attaques à la nuque de Whitmer avant de reprendre avec un nouveau chinlock… Même chose que lors du premier sauf que Bennett arrête la contre-attaque de Whitmer avec un spinebuster pour 2. Bennett avec des coups de poing mais Whitmer les no-sell petit à petit. Whitmer reprend un peu l’avantage dans ce match. Bennett reprend la main avec un TKO mais seulement le tombé de 2. Maria commence à péter un câble aux abords du ring. Bennett s’apprête pour le marteau-pilon mais Whitmer le retourne. Whitmer se prend un superkick et en représailles, Whitmer envoie Bennett dans les cordes avec une souplesse. Bennett avec un spear et le Box Office Smash pour 2,99. Whitmer parvient à surprendre Bennett avec un petit paquet mais Maria monte sur le bord du ring et l’arbitre ne voit pas le tombé. Bennett peut enfin faire le piledriver sur Whitmer (au moins celui-là est réussi) et il ne lui reste qu’à couvrir Whitmer pour le compte de 3. 9:52, match qui avait pas mal démarré et même si j’adhère à ce Bennett méthodique, j’ai trouvé qu’il ralentissait un peu trop le match à certains moments. **1/2

4. Kyle O’Reilly vs. Eddie Edwards

Encore une promo enregistrée avec O’Reilly qui dit qu’ils s’affrontent tout le temps et que même s’ils se détestent, il y a aussi un respect mutuel entre les deux. En gros, il attend Eddie de pied ferme.

Vu que Nigel est parti après le match de Bennett, Bobby Fish (l’autre moitié de reDRagon) a pris sa place à la table des commentateurs.

Le match commence avec plusieurs minutes de prises de lutte assez basiques (clés de bras, épreuves de force, prises au sol) et des débats assez équilibrés. Les deux hommes passent à la vitesse supérieure, mais le match reste toujours équilibré. Edwards commence à prendre l’avantage avec un paquet d’atemis sur O’Reilly. Après une prise de soumission d’Edwards, le public chante « This is awesome ». O’Reilly avec un brise-épaule de la deuxième corde et à partir de là, O’Reilly ne travaille plus que l’épaule gauche d’Edwards ou presque. « Edwards va devoir apprendre à se torcher avec l’autre bras » – Bobby Fish. O’Reilly avec une série de coups de pied qu’Edwards no-sell petit à petit. Eddie parvient à envoyer O’Reilly au sol après deux superkicks et une corde à linge. Edwards parvient à dominer malgré son bras, mais n’arrive pas à mettre de la pression sur un crossface. Edwards se jette sur un poteau de coin avec son bras et se retrouve hors du ring. O’Reilly avec un plongeon les pieds en avant. Edwards ne parvient pas à prendre l’avantage à cause de son bras et O’Reilly en profite allègrement. Edwards parvient à projeter O’Reilly de la deuxième corde. Il continue avec un powerbomb et un tombé de 2. Edwards tient immédiatement Kyle dans un half-crab et commence à lui mettre des coups de pied au visage. L’arbitre tente de l’arrêter, n’y arrive pas et décide de stopper le match purement et simplement. La victoire est accordée à Edwards pour je ne sais quelle raison. 21:35, le finish est un peu nase à mon goût, mais les deux hommes se sont mis sur la gueule pendant vingt minutes et Edwards a vendu son bras endolori comme il fallait du début à la fin. ****

5. Rhino vs. Tommaso Ciampa

Nigel est de retour aux commentaires.

Ciampa monte sur le ring et attaque directement Rhino. Ciampa enlève son protège-genou après cette première offensive, mais Rhino se relève immédiatement pour une corde à linge. Les deux hommes descendent du ring et s’échangent les coups. Ciampa balance Rhino dans les barrières de sécurité et enlève le tapis de protection du sol. Il essaie une souplesse mais Rhino le contre et lui fait la souplesse sur le parquet en bois. Ils remontent sur le ring et les échanges sont équilibrés. Ciampa tente un espèce de crossface/étranglement mais Rhino n’abdique pas. Après une souplesse, Ciampa enlève de nouveau son protège-genou et ce coup-ci, il parvient à attaquer Rhino trois fois. Ciampa place Rhino sur la troisième corde, Rhino tente tant bien que mal de s’en sortir mais Ciampa parvient finalement à faire une superplex et le tombé de 2,99. Ciampa perd du temps et Rhino no-sell ses coups de poing. Il balance Ciampa dans un coin et va dans celui opposé pour le Gore. Il s’élance, mais Ciampa l’attend avec son genou en pleine tronche et le tombé de 3. 9:31, pas le match le plus vif bien sûr, mais ça tapait fort entre ces deux bagarreurs. Le manque d’animosité et de tension entre les deux hommes a joué contre le match par contre. ***

6. Silas Young vs. Kevin Steen

Une promo enregistrée de Young où il dit que Steen n’a rien à faire à Ring of Honor car il a voulu détruire la promotion. Il continue en disant que ce n’est plus un gamin et qu’il a une famille à nourrir. Il traîte Steen de farce et va montrer ce soir pourquoi on l’appelle « Le dernier homme de la lutte professionelle ».

Steen arrive et ce gars est over comme ce n’est pas permis. Steen tend sa main à Young mais ce dernier prend un micro, dit qu’il va lui serrer la main mais qu’avant, il a des choses à dire. Steen fait une feinte sur la pilosité de Young, ce qui l’agace encore plus. Il dit que Steen n’est pas un homme, qu’il est gros, pathétique et faible et que ce n’est même pas ça le plus grave. Il dit que c’est l’ancien champion de RoH et que ça le dégoute. Il dit que quand les gens le voyait, ils voyaient une grosse farce. Il va lui serrer la main, mais il avait envie que Steen sache ce qu’il pense de lui avant. Le public dit « What ? » à chaque fin de phrase, parce que c’est super original et tout ça. Steen prend le micro, lui dit « Tu vois, le truc c’est que… » et commence à le tabasser.

Steen domine le début du match. Les deux hommes sortent du ring et Steen continue son offensive sous les acclamations du public. Young prend l’avantage et renvoie Steen sur le ring. Silas toujours aux commandes, mais Steen se rebelle et fait un DDT à Young. Cannonball sur Young dans un coin et le tombé de 2. Young parvient à reprendre les devants et tente un roll-up pour 2. Backbreaker/lariat sur Steen et de nouveau le tombé de 2. On repart à l’extérieur du ring où Steen reprend le dessus, envoie Young dans les barrières de sécurité et lui fait un powerbomb sur le bord du ring. Swanton bomb de la troisième corde mais Young s’en sort à 2,99. Young parvient presque à faire sa prise de finition, mais Steen s’écarte du chemin. Steen avec un powerbomb et le Package Piledriver pour le tombé de 3 sur Young. 7:58, assez similaire au match précédent. Le rythme était un peu plus élevé, mais le match était encore plus court. ***

7. Matt Taven vs. Jay Lethal vs. Adam Cole vs. Michael Elgin

Encore et toujours une promo enregistrée d’Elgin où il dit que c’est le genre de soirée où on doit prouver qu’on peut être le futur champion du monde. Il prévient les trois autres qu’ils vont devoir se méfier de lui ce soir.

Le titre de Taven n’est pas en jeu et le public chante « We want Hoopla » avant le début du match.

Honnêtement, je suis pas un grand fan de ces « four corner survival » qui fonctionnent avec des tags. Je suppose que c’est plus facile à suivre que quatre gars qui se tapent sur la gueule dans le bordel le plus total, mais un 4CS tourne souvent comme ça malgré tout. Bref, petit résumé du match

  • Elgin a eu le plus d’offensive, suivi de Cole/Lethal +- à égalité, et enfin Taven bon dernier
  • Un peu trop d’interférences de House of Truth à l’extérieur du ring

Elgin conclut avec le tombé de 3 sur Cole suite à un buckle bomb et Elgin Bomb. 22:01, un match qui a mis quelques minutes à démarrer, mais qui aura tenu toutes ses promesses dans sa deuxième partie. ****

Après le match, Cole refuse de serrer la main à Elgin et Lethal (Taven étant déjà parti avec sa clique), ce qui continue à faire avancer le changement de Cole en heel.

8. Bobby Fish vs. Davey Richards

Les premières minutes sont un festival de coups de pied, de prises au sol et de soumissions. Après une période où il se fait dominer, Fish sort du ring, s’excite sur une chaise qui traînait quelque part et s’engueule avec des membres du public. Plus tard, Davey s’élance pour un enième coup de pied au bord du ring mais Fish le fait tomber et Richards retombe sur son genou droit. Fish domine à partir de là et après quelques prises, il se met à travailler la jambe… gauche de Davey. Richards vendra ça quelques fois avant de laisser tomber. Richards avec une volée de coups de pied (…) et l’arbitre l’arrête pour une raison qui m’échappe, ce que le public n’apprécie pas du tout. Davey reprend de plus belle après avoir repoussé Todd Sinclair. Richards monte sur la troisième corde, Fish le rejoint, les deux s’échangent les coups et la sueur vole dans tous les sens. A un moment, Richards parvient à faire tomber Fish mais ce dernier revient presque aussi vite et glisse sur une corde, probablement à cause de la sueur. Le public ne trouve rien de mieux à chanter que « You fucked up ». Fish fait une espèce de souplesse/powerbomb et couvre Davey pour deux. Les deux se retrouvent au bord du ring et s’échangent des coups de pied (…). Fish fait une souplesse sur le bord du ring et ça c’était sympa. Richards est KO et voici Edwards (dont le bras s’est vite résorbé) et O’Reilly pour encourager leur partenaire respectif (aucune autre raison, on le jure !!!). Richards remonte sur le ring à 19,99. Fish avec un saut arrière et le tombé de 2,99. Richards arrive à tenir Fish dans un ankle lock, qu’il retourne avec une autre soumission, que Davey retourne également avec un sharpshooter. Fish avec un petit paquet pour 2. Richards envoie Fish à l’extérieur et Davey fait un saut de l’ange qui se termine dans la troisième rangée du public. Cette séquence était géniale !! Souplesse allemande et lariat/corde à linge (jamais compris la différence entre les deux) de Richards et Fish no-sell ça avec un tombé de 1. Richards monte sur la troisième corde et fait son saut pieds joints sur Fish pour le tombé de 2,99. De nouveau ankle lock, puis deux autres tentatives de soumission et à la deuxième, O’Reilly retient Richards (Edwards ne fait rien de l’autre côté du ring) et lorsqu’il le lâche, Davey se fait avoir pas un coup de pied au visage pour le compte de 3. 22:42, le public HAIT ce finish et le fait bien comprendre. Les interminables coups de pied et ce finish pathétique ont plombé un très bon match pour moi. ***1/2

Conclusions

Pour un house show mineur en période de disette créative, je dirais qu’ils se sont bien démerdés pour proposer quelque chose d’intéressant. Presque tous les matchs atteignent au moins un niveau convenable (le match féminin est de nouveau le mauvais élève) et trois matchs valent à eux seuls l’achat du DVD, encore que le booking laisse à désirer pour deux d’entre eux.

Note finale : 7,5/10

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.