WWE NXT Takeover : Brooklyn II – 20/08/2016

Après The End en juin 2016, je n’avais plus la motivation pour suivre « sérieusement » NXT et même si j’ai gardé un oeil distrait sur la promotion, je n’ai plus vraiment fait attention au show hebdomadaire et manque donc de contexte ici. Vu comme ça, le programme est un peu misérable avec trois matchs dans l’undercard qui ne me disent pas grand chose même si on a le grand début d’Ember Moon (Athena), un rematch entre Asuka et Bayley parce que bien sûr, le premier match entre le Revival et le duo Ciampa/Gargano, et enfin le main event voit Samoa Joe défendre son titre contre Shinsuke Nakamura. On est à Brooklyn au Barclays Center la veille de Summerslam.

On démarre avec une longue vidéo où personne ne dit rien de très intéressant.

No Way Jose vs. Austin Aries – ***

NWJ est certainement apprécié et sa musique n’y est pas pour rien à mon avis. Je ne sais pas si Aries peut être considéré comme un flop à l’heure qu’il est, mais son parcours jusqu’ici est dénué d’intérêt et j’espère que le fait qu’il soit un des commentateurs de 205 Live sur le Network pour le moment signifie qu’il va se retrouver dans cette division et quitter NXT à l’avenir.

Je n’ai pas vu grand chose d’Aries à NXT fatalement, mais ce match est de très loin son meilleur. Jose n’est certainement pas en reste cela dit et montre pas mal de bonnes choses pour un gars qui sort un peu de nulle part. L’histoire du match est que Aries attaque le cou de Jose pour pouvoir en finir avec le Last Chancery et c’est ce qu’il se passe au final. Un bon petit opener qui n’a pas essayé d’en faire des tonnes.

Après le match, Aries continue son assaut sur Jose jusqu’au moment où Hideo Itami arrive pour le confronter avec les chaussures les plus merdiques de l’univers. Sérieux, c’est la seule chose que j’arrive à voir lorsqu’il se met à démonter Aries sur le ring. Bref, le public réclame le GTS et Itami frappe Aries avec. Peu de temps après, Itami s’est de nouveau blessé lors d’un house show et est toujours sur la touche à l’heure de cette review (on est vers la fin du mois de février 2017) pendant qu’Aries est commentateur sur 205 Live, donc il est probable que cette séquence ne mène jamais à rien.

On voit Ric Flair au premier rang (il a fait une entrée remarquée pendant le match), puis Joe et Nak qui s’échauffent dans les vestiaires.

Billie Kay vs. Ember Moon – **

Un match étrangement similaire à Crews contre Dillinger de l’année d’avant avec le début officiel de Moon contre une catcheuse qui semble faire du surplace (à l’époque du moins, je sais qu’elle fait équipe avec Peyton Royce depuis lors).

Apparemment, ce que je viens de dire est l’explication du pourquoi de ce match parce que Kay s’est plainte auprès de Regal de ne pas avoir plus de possibilités que ça et ce dernier de répondre qu’elle se repose trop sur ses lauriers, mais qu’il a quand même bien voulu lui donner cette chance contre Moon, EXCELLENT. C’est ce genre de trucs que je recherche NXT, pas voir des « stars » comme Aries qui n’en touchent pas une. Mouais, ce match est bien trop compétitif et le seul intérêt au final est Moon qui fait l’O-Face sur Kay pour la victoire.

On voit Roode qui arrive « plus tôt ». Il dit que Brooklyn est un trou paumé et qu’il compte bien amener la gloire à NXT. On a une vidéo ensuite où Roode est Ric Flair en gros et balance à Almas que les gens paient pour le voir lui, pas Almas.

Bobby Roode vs. Andrade Almas – **1/2

Roode fait son entrée en descendant d’une nacelle avec le public qui chante GLORIOUS encore et encore. Roode essaie tant bien que mal de rester impassible, mais il ne peut pas s’empêcher de sourire. Almas, qui est le babyface pour rappel, se fait copieusement huer à son entrée. Ce gars pue l’erreur de casting à plein nez et n’a rien foutu depuis son début contre Dillinger à The End. Apparemment, il redevient lentement mais sûrement La Sombra d’après ce que j’ai lu, mais ça ne l’empêche pas de perdre contre ONEY LORCAN (l’ancien Biff Busick qui est à peine plus haut que le rang de jobber à NXT) ou encore Roderick Strong lors du dernier Takeover à San Antonio (on y viendra bientôt).

Il n’y a rien de vraiment mauvais avec Almas et même ici, on peut entrevoir quelque chose d’intéressant lorsqu’il fait l’Ingobernable après certaines séquences, mais le mettre contre Dillinger qui est super over à The End et ici avec Roode qui est encore plus over est d’un ridicule sans nom. Bref, Roode remporte le match à la surprise de personne.

Une courte vidéo pour Sanity, puis Triple H dévoile le trophée qui sera remis au vainqueur du Cruiserweight Classic. On voit ensuite une vidéo sur le Revival et Ciampa/Gargano.

Johnny Gargano & Tommaso Ciampa vs. The Revival (c) (Dash Wilder et Scott Dawson) – ***1/2

Bon, j’ai lu les éloges que cette série de matchs a reçu ces derniers mois, mais tout le monde s’est aussi branlé sur les matchs entre American Alpha et le Revival et je trouve ces duels bien surfaits après coup (surtout celui à Dallas), donc je me méfie un peu. Pour une équipe que tout le monde vante sans arrêt, le Revival n’a pour ainsi dire aucune réaction à leur entrée. Ils se font quand même vaguement huer lors des présentations, mais ce n’était vraiment pas grand chose.

Mort de rire aux commentateurs qui disent que le Revival « ne recherche pas à avoir un match de l’année », puis se contredire quelques instants plus tard en disant que « Dawson et Wilder veulent que les gens reconnaissent qu’ils sont la meilleure équipe et ONT LE MEILLEUR MATCH CHAQUE SOIR ». Je commence à me fatiguer d’entendre les commentateurs s’exciter pour le moindre spot banal qu’on voit dans 95% des matchs par équipe comme si c’était une « ruse géniale ». Il y a une assez mauvaise séquence lors d’un changement, avec Wilder qui évite une corde à linge de Gargano et ce dernier d’être un peu en avance et se pencher de manière bien évidente pour un DDT de Dawson. OK, ce finish est tout l’inverse d’un autre match du Revival qui avait vu ces derniers attaquer le genou d’un jobber pendant trois heures, puis le jobber avait enfin fait le changement et jobber #2 s’était mangé le finisher du Revival trois secondes après pour la victoire. Ici, Dawson attaque le genou de Gargano après VINGT MINUTES SANS AVOIR ATTAQUÉ UNE SEULE FOIS CETTE PARTIE DU CORPS, puis ils font le même spot qui avait blessé Big Cass apparemment (c’est vieux, je me souviens plus), puis Dawson fait une espèce de prise en quatre et Gargano abandonne.

Qu’on se comprenne bien, c’était un très bon match, mais totalement surfait encore une fois. J’ai remarqué une chose lors de ce match : je déteste le fait que les commentateurs essaient péniblement de faire croire que le Revival est bien plus que ce qu’ils ne sont et que le style qu’ils utilisent est ce grand art oublié depuis les années 80 alors que c’est le style standard et que toutes les tactiques du Revival (ces fameuses « ruses géniales ») se retrouvent dans 99% des matchs par équipe.

Accessoirement, le Revival ne semble jamais avoir une tactique précise lors de leurs matchs. Pour être franc, j’ai plus l’impression de voir n’importe quel match de la division par équipe de Ring of Honor (ou junior par équipe de New Japan) où on a quatre types qui font 36.000 prises sans but ni logique jusqu’au finish qui tombe de nulle part que d’un match des années 80 de JCP ou de la NWA.

BREF, Ciampa essaie de consoler Gargano après le match et l’aide pour repartir aux vestiaires sous les acclamations du public. Apparemment, beaucoup de monde s’attendait à un turn de Ciampa ici, mais non.

On voit une pub pour un show sur l’évolution de la division féminine, puis une vidéo sur Asuka et Bayley.

Bayley vs. Asuka (c) – ***1/2

J’ai vraiment en horreur cette manie d’avoir des rematchs encore et encore lors des Takeovers depuis R-Evolution. Le pire de tout est que ce n’est même pas un rematch « direct » ici vu que Asuka a affronté Nia Jax à The End, mais le fait que ce show soit à ce point oubliable alors qu’il n’a même pas un an est assez révélateur sur le déclin de NXT depuis dix-huit mois. Le public réagit à peine pour l’entrée d’Asuka, mais se réveille lors des présentations.

Bayley peine à ne pas sourire comme une andouille dans les premiers instants du match. Assez tôt, Bayley se mange un coup de genou dans la tronche et ça amuse grandement Asuka, EXCELLENT. Comme Moon plus tôt, je trouve ce match un peu trop compétitif, même si je comprends bien que c’est le chant du cygne pour Bayley à NXT. À la surprise de personne, Asuka conserve son titre.

Après le match, Asuka et Bayley s’enlacent et c’est… SUPER BADASS ASUKA qui a du mal à se contenir. Bref, Asuka s’en va et laisse Bayley seule pour qu’elle puisse profiter de la standing ovation du public de Brooklyn.

On voit une vidéo avec Nak et Joe.

Shinsuke Nakamura vs. Samoa Joe (c) – ****

Balor ne sera pas sur le ring au moins, mais il est au bord de celui-ci parce que ce bouffon ne peut pas juste dégager de mon écran une bonne fois pour toutes. Un violoniste est là pour jouer la musique de Nak à son entrée, EXCELLENT. Dès que Joe arrive sur le ring, il fait le gros malin devant Nak et le repousse. Je n’ai rien vu de cette rivalité en dehors de la vidéo juste avant, mais elle semble déjà bien plus chaude que la daube insoutenable qu’on a eu pendant des mois entre Joe et Balor.

Un excellent match entre deux types qui se sont mis sur la gueule comme des bêtes. Nakamura remporte le match et la ceinture.

Conclusions

Un bon cran en dessous de l’édition de 2015, mais certainement un meilleur effort que Respect/London/The End.

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Share on LinkedIn

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *